Faut-il des champs immenses pour vous nourrir ?

Chers lecteurs,

Dans les années 50, l’Europe a connu une ère de prospérité sans précédent.

Les populations se sont enrichies. Elles avaient souffert durant la guerre de 39-45. Il fallait reconstruire. L’Europe a adopté le modèle américain : libre-échange, travail à la chaîne, et consommation de masse.

En France, les populations ont quitté la campagne. En quelques décennies à peine, une grande partie des Français est passée d’un mode de vie rural à un mode de vie citadin.

Les familles se sont équipées de réfrigérateurs, de téléviseurs et même de voitures : un luxe !

Pendant ce temps, à la campagne, les quelques agriculteurs restants ont métamorphosé les paysages.

Nouvelle agriculture en Europe et “révolution verte” dans le monde

Les parcelles ont été agrandies, de nouvelles semences à haut rendement introduites, et l’usage des intrants, c’est-à-dire les engrais et les pesticides, s’est généralisé 1.

Les tracteurs et les engins agricoles ont remplacé le travail animal et humain 2.

Les agriculteurs se sont endettés pour mécaniser leur activité.

Ils sont ainsi devenus dépendants :

  • des banques auprès desquelles ils se sont endettés ;
  • de l’industrie chimique qui leur vend les engrais et les pesticides ;
  • des semenciers qui leur vendent les semences ;
  • de l’Union européenne qui leur alloue des aides.

Entre les années 60 et 90, ce modèle a été exporté dans le monde entier.

C’est ce que l’on a appelé de manière trompeuse “la révolution verte”.

Mais cette modification radicale des paysages n’avait rien de vert ou d’écologique !

Au contraire, c’est une agriculture intégralement basée sur le pétrole avec lequel on fait les engrais et les pesticides. C’est donc bien plus une “parenthèse noire”.

En Europe, on commence tout juste à faire… machine arrière.

Sus aux haies !

Dans les années 70, les agriculteurs ont arraché les haies 1,3.

Il fallait faciliter le passage des tracteurs, limiter le temps de passage d’une parcelle à une autre, et faire des champs étendus à l’américaine.

Les agriculteurs reprochaient également aux haies et aux arbustes de faire de l’ombre aux cultures.

Cela nuisait au rendement.

Et en France on avait des haies et des bocages un peu partout.

Jusque-là, elles avaient été utilisées pour border les champs de petites prairies, ce qui permettait de garder le bétail sans surveillance 3.

On s’en servait aussi comme bois de chauffage.

On a procédé au remembrement. Plus de 700 000 kilomètres de haies ont été arrachés 1 !

 

haies-champs

PLUS de haies dans nos champs pour MOINS de pesticides !

Aujourd’hui, les champs sont d’immenses étendues à perte de vue qui ne servent qu’à une chose : avoir le plus haut rendement possible peu importe la manière de l’obtenir.

Les haies entre les champs étaient des viviers d’insectes et d’oiseaux dont la principale activité était justement de chasser et éliminer les nuisibles et sont aujourd’hui remplacées par les pesticides.

    Je signe la pétition   

 

Le retour en grâce des bordures vertes

Les agriculteurs y ont-ils vraiment gagné ?

Certes, les machines passent plus facilement.

Mais, au fil du temps, les agronomes se sont rendu compte que les haies et les bocages rendaient de multiples services aux agriculteurs. Les remplacer a un coût.

Les haies abritent des oiseaux et des insectes utiles à la culture comme les coccinelles, les abeilles, les scarabées, les libellules, les punaises, les micro-guêpes ou syrphes, les araignées, les mésanges…

Ce sont des gardiens contre les insectes ravageurs dont ils régulent les populations.

Ainsi, les agriculteurs n’ont pas à épandre autant d’insecticides dans leurs champs.

C’est moins de produits phytosanitaires à acheter ; c’est moins d’épandage à faire et c’est mieux pour le sol et les cultures !

Les haies permettent aussi de limiter de 30 à 50% les effets du vent. Elles constituent une assurance anti-tempête plus sûre que les assurances humaines qui peuvent faire défaut si tout le monde est touché…

Par ailleurs, elles gardent de l’eau dans les terrains en pente et évitent les coulées de boue.

Enfin, elles limitent la dissémination de certains champignons ou d’autres agents pathogènes.

Les haies sont une bénédiction pour les champs !

De nouveaux paysages pour l’Europe ?

Et c’est pour cela que la nouvelle politique agricole commune récompense financièrement la mise en place de surfaces d’intérêt écologiques.

La Commission européenne parle de “bandes enherbées”, ce sont des couverts végétaux multifonctions d’au moins 5 mètres de large.

Ces zones remplissent les fonctions des haies de jadis ! Quel gâchis.

Au moins, nos décideurs politiques ont fini par comprendre que les champs immenses ne sont pas propices à la productivité.

À terme surtout, ils risquent de se transformer en déserts. Mieux vaut donc les préserver dès maintenant en réhabilitant les haies !

Solidairement,

Julien

 

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

 

 Vous aussi défendez la cause environnementale ! 

Un sujet vous tient à cœur et vous souhaitez créer une pétition ?

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Je crée ma pétition

Références :

  1. https://www.youtube.com/watch?v=RSZT5HiosXQ
  2. https://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_2000_num_185_1_7001
  3. Marc Dufumier, De la terre à l’assiette, Allary Editions, 2020
S’abonner
Notifier de
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Claudine Graff
30 jours il y a

L’information est très incomplète : avant les 2 guerres mondiales, les terres cultivées de l’époque étaient insuffisantes pour nourrir la population et tout était très cher : pain, légumes, viande, fruits. Pendant les guerres, les gens crevaient de faim. Après les guerres, il a fallu procéder prioritairement à une agriculture plus productive pour nourrir les peuples correctement afin de reconstruire les pays, reinstaller les usines, permettre aux gens de retrouver du travail etc. On n’a pas fait arracher les zones boisées pour le plaisir, ni créer des plus grandes parcelles de culture « pour faire comme les américains la ». C’ était l’urgence de l époque qui primait.

gilquin
29 jours il y a

J’espère de tout cœur que cette pétition est valable pour toute l’Europe

Jean-Pierre Lauwerie
29 jours il y a

le remembrement n’a pu se faire dans les années 60 que grâce à l’invention des désherbants chimiques ,pour le pratiquer et pour amortir le matériel ,il faut des champs immenses ,il faut un quart d’heure à un pulvérisateur pour « sarcler » un ha ,et 200 heures de travail pénible pour le faire sans pesticide ,de là l’origine d’un prix plus élevé pour les légumes bio par rapport aux chimiques,donc si vous replantez des haies ,au moins faites le avec des essences locales et pouvant être utiles pour récupérer la taille en BRF ,nos anciens prenaient la peine de délimiter les parcelles par des saules qu’ils transformaient en « tetard » pour se chauffer en coupant régulièrement les branches ,tout avait un sens ,rien ne se perdait

Alice DABADIE
29 jours il y a

Bonjour,
Oui pour replanter des haies quand cela est possible, mais non aux aides…pourquoi? Parce que ces aides et toutes autres formes de subventions ne vont pas aux agriculteurs. À partir du moment où une idée « verte » est subventionnable (à condition de remplir le bon dossier, dans un temps imparti très court, et pour certain dossier, après avoir sollicité au moins 2 devis de professionnels…), le prix du matériel qu’il soit végétal ou mécanique double ou triple sa valeur. Du coup, l’agriculteur n’est pas aidé et son travail, encore une fois, n’est pas rémunéré. Alors oui aux bonnes idées, mais arrêtons d’attendre après les instances gouvernementales pour les réaliser.
Cordialement.
Alice, vigneronne en agriculture biologique ( sans aides, et payant un organisme pour contrôler mon travail 🤨)

Garcia Valèriano
29 jours il y a

Nous en avons fait des erreurs. En prendre conscience c’est avancer, cependant, comme je l’ai justement lu dans deux commentaires plus bas, ne nous voilons plus la face dans une nouvelle exaltation, soyons bien informés de tout. Faisons les choses avec intelligence, revendiquons, écoutons ceux qui savent, débattons et, alors seulement, décidons.

Max GUY, géologue et archéologue
29 jours il y a

On pourrait reconstruire des haies adaptées à la culture mécanique, encadrant des parcelles très longues et d’une largeur adaptée à un nombre pair d’aller retours du matériel, perpendiculaires au vent dominant en terrain plat, parallèles aux courbes de niveau en terrain incliné.., bref adaptées au terrain; les agronomes doivent savoir faire. C’est reprendre les remembrements des années 60 avec le souci de s’adapter aux conditions naturelles autant qu’à la commodité du travail.

Aurore MESNIL
29 jours il y a

Nous ne savons prendre que le pire chez nos voisins, dès l’instant que ça rapporte. Si nous continuons ainsi, nous ne laisserons qu’une Terre de terreur et de désolation à nos enfants et petits-enfants. Il paraît que nous sommes dotés d’une grande intelligence… J’en doute. Si l’intelligence est synonyme de destruction, je ne préfère pas en être pourvue.
« Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, alors, ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas. » Sitting Bull

Monique AUGEREAU
29 jours il y a

Je suis tout à fait d’accord avec ce contenu. J’observe encore des agriculteurs qui malgré l’interdiction arrachent des haies lorsqu’elles ne sont pas trop visibles des routes. De plus je trouve scandaleux que l’on donne des aides pour replanter. Des agriculteurs s’interrogent, leurs tracteurs et autres matériels vont être trop encombrants pour passer au plus près des haies et dans des surfaces plus petites.

BESSE Joel
29 jours il y a

Le remboursement a été à l’initiative du gouvernement , non des agriculteurs ou paysans.

chantal A
29 jours il y a

Effectivement dans les années 50-60 on a remembré et détruit des haies….
Mais les plus gros « dégâts  » concernant les haies datent des années 90 début des dossiers PAC….
Les agriculteurs déclaraient leur surface cadastrale par parcelles, ils avaient l’obligation de retirer les surfaces concernant les haies…. Lors des contrôles certains se sont vus lourdement pénalisés.
A la suite de ces mauvaises expériences tous les voisins arrachaient leurs haies ….
C’est du vécu sur ma commune !

marizy
28 jours il y a

Enfin on aborde le sujet.pour ma part cela fait maintenant 37ans que je préconise l’implantation de cultures de yuccas pour fixer les terrains,évitant l’érosion.plante adaptée au changement climatique,résistante au froid,chaleur,sécheresse,source de matières premières pour de nombreuses activités,etc….je n’ai été ni écouté,encore moins entendu,pas plus que le sera ce commentaire.De nombreux végétaux vont disparaitre….le yucca on le trouve encore dans la vallée de la mort aux USA.

Dan
28 jours il y a

Une « agriculture PLUS PRODUCTIVE » c peut être ça le prblme..Nourrir les peuples « correctement » ça reste à voir et loin de chez eux, ce n’est pas impossible . Bonjour la mondialisation! Roscoff pays de l’oignon: Près de la grande surface un champ d’oignons. A l’intérieur de la grande surface vous avez le choix entre des oignons venant d’Argentine à 2, 70€ le kilo et des oignons de Roscoff (venant peut être du champ d’à côté) à 5,00€ le kilo. La différence de prix ne vient pas du coûts des tankers qui au passage dégazent au large d’Ouessant puisque des oignons venant d’amérique sont deux fois moins cher que ceux produits sur place. Cherchons l’erreur…