Peut-on nourrir 9 milliards d’habitants avec l’agriculture biologique ?

Chers lecteurs,

Alors que s’achève par étapes le confinement subi par plus de 3 milliards d’habitants sur terre, de nombreuses populations se rendent compte de la nécessité de retrouver des formes d’autonomie, voire de souveraineté alimentaire.

C’est évidemment le cas des îles et des zones reculées, qui se sont rendues compte à quel point elles dépendaient des approvisionnement extérieurs durant les premiers jours du confinement.

En France, l’agence Franceagrimer a rapidement confirmé que le pays serait autosuffisant en lait, en blé en pommes de terre et en sucre1.

En revanche, il apparaît que le pays est dépendant pour :

  • les volailles (40%) alors que dans les années 90, il produisait 110% de ses besoins1 ;
  • les fruits et légumes (50%) alors que dans les années 2000, il était autosuffisant à 100 %1 ;
  • Le fourrage des bêtes (50%). Le fourrage importé vient, le plus souvent, d’Amérique Latine. Il s’agit majoritairement de soja ou de maïs OGM dont production contribue à la déforestation de la forêt amazonienne2 ;
  • la viande porcine (30%) parce qu’une partie de la production est dédiée à l’exportation (25%)3.

Il y a 30 ans, cela n’était pas vrai.

Mais les besoins du commerce international ont poussé la France à se spécialiser. Elle a davantage exporté et importé plus.

Ainsi, elle est devenue dépendante d’autres pays, voire de grandes multinationales, ce qui est évidemment dangereux pour les populations.

De surcroît, ce modèle issu de la financiarisation de l’agriculture et de la transformation des marchés agricoles en plateformes de spéculation détruit la planète.

Il repose sur une agriculture conventionnelle qui consomme beaucoup d’eau, pollue les sols et les rivières et endette les paysans.

Il est temps de faire cesser des pratiques qui mettent en péril :

  • l’autonomie alimentaire des Français, qui pourtant, comme le disait Coluche, vivent dans “le pays de la bouffe” ;
  • l’autonomie alimentaire des pays d’Amérique Latine se trouve menacée par l’exportation massive de fourrage en Europe et aux Etats-Unis ;
  • les écosystèmes et les équilibres agricoles de nombreux pays, comme l’Argentine, qui a transformé son agriculture extensive, qui nourrissait sa population et exportait raisonnablement, en agriculture ultra-productive qui ne nourrit plus sa population, détruit ses paysages et rend la population locale malade4.
  • la santé des agriculteurs, malades des produits qu’ils déversent sur leurs champs5.

Changer les pratiques agricoles et les habitudes de consommation pour aller vers une véritable souveraineté alimentaire en France, serait positif :

  • pour les Français, dont la survie alimentaire serait assurée même en cas de crise sanitaire ou autre dans le futur ;
  • pour les populations des pays qui exportent aux agriculteurs français des produits agricoles comme le soja ou le maïs OGM. Ces pratiques mises en place par des firmes étrangères détruisent leurs sols et rendent malades les habitants4.

 

 STOP à la dépendance

Pour l’autonomie alimentaire en France !

Selon les régions, la France n’a une autonomie alimentaire que de 10 à 25% !

La crise sanitaire nous a d’ailleurs bien montré qu’il faut changer ce modèle.

Signez pour garantir au peuple sa souveraineté alimentaire !

Je signe la pétition

 

La bonne nouvelle, c’est que ces changements sont possibles

Dans le monde, le développement rapide de la permaculture ou agroécologie, ou simplement de l’agriculture biologique a permis de démontrer, en quelques décennies, qu’il était possible d’être très productif sur de petites surfaces comme sur de grandes surfaces.

Cette productivité exceptionnelle se fait sans intrants.

Cela veut dire que :

  • les semences viennent des paysans eux-mêmes et non des semenciers industriels qui proposent des semences hybrides non reproductibles.
  • les engrais ne sont pas nécessaires. Les paysans enrichissent leur sols grâce à un paillage généreux et parfois l’ajout d’un compost local.
  • les pesticides sont inutiles. Les associations de plantes qui se protègent mutuellement et la présence de toute la chaîne alimentaire des prédateurs d’insectes et d’organismes vivants assure un bon équilibre général de l’écosystème. Les récoltes ne sont que légèrement touchées. Elles sont par ailleurs plus résistantes aux maladies.
  • la consommation d’eau est limitée, voire inexistante. Le travail régulier sur le sol qui n’est pas retourné mais paillé, nourri au compost, et éventuellement décompacté permet à l’eau d’y rester. C’est un sol riche, vivant et protégé.

La force des projets pionniers

Il y a encore 30 ans, parler d’agriculture biologique faisait sourire. Et personne ou presque ne connaissait la permaculture.

Le mouvement prend de l’ampleur aujourd’hui parce que ceux qui l’ont initiée étaient crédibles.

Leurs projets, isolés au départ, ont tenu bon et ont fait des émules.

Permettez-moi de citer quelques-uns de ces projets emblématiques dont on dira dans quelques décennies qu’ils auront contribué à changer la face du monde.

“La révolution d’un seul brin de paille”

Masanobu Fukuoka était un microbiologiste japonais, décédé il y a quelques années à l’âge de 95 ans.

Toute sa vie, il a défendu l’agriculture naturelle.

Il a commencé par transformer la ferme familiale selon ses convictions, avant qu’elle ne devienne un lieu de référence et d’inspiration, dans les années 80, pour tous les passionnés d’agriculture bio.

Il est l’un des premiers à avoir fait connaître au monde entier l’importance du paillage et de la protection des sols.

Il a été une source d’inspiration cruciale pour Bill Mollison et David Holmgren, les fondateurs et premiers promoteurs de la permaculture.

Il a exposé ses idées dans le livre “La Révolution d’un seul brin de paille”, publié en 1975 au Japon, puis traduit en français6.

La ferme Sainte Marthe : vive les semences libres !

Fils de paysans engagés dans l’aventure de l’agriculture biologique dès 1969, Philippe Desbrosses crée en 1974 au sein de la ferme familiale en Sologne un conservatoire des semences de variétés anciennes.

Il a par ailleurs participé à l’implantation réussie du potimarron en France.

Cette courge avait été développée au Japon sur l’île d’Hokkaido après avoir été introduite par des Portugais en provenance du Pérou…

Le travail mené à la ferme de Sainte Marthe sur les semences aura été essentiel pour permettre aux particuliers de continuer à accéder à des variétés anciennes de fruits et légumes7.

Cultiver les déserts et les coeurs : les prophéties de Pierre Rabhi 

Quand dans les années 60, Pierre Rabhi s’installe avec sa femme sur un sol caillouteux d’Ardèche, les banques ne veulent pas lui prêter d’argent pour son projet de ferme naturelle8.

Personne n’y croit.

50 ans plus tard, son jardin et la parole de Pierre Rabhi sont connus du monde entier.

En travaillant le sol, enrichi grâce à des apports de matières organiques, il a fait de son domaine une oasis fertile.

Il a partagé son savoir-faire avec de nombreux paysans dans le monde. Dans les années 80, il s’est beaucoup investi dans le Sahel où il a réussi, avec les paysans locaux, à faire reculer le désert.

Durant toutes ces années, Pierre Rabhi n’a cessé d’exhorter ses semblables à aller vers ce qu’il appelle la sobriété heureuse : une vie frugale connectée avec la nature.

Le Bec Hellouin : le beau, le bon et l’abondance 

C’est plus un jardin qu’une ferme, explique Cyril Dion, dans son livre, tiré du film Demain.

Il ajoute :

“Les différents espaces de culture sont aménagés avec de multitudes de formes et de couleurs, certains en rangs, d’autres en cercles, des mares y côtoient des prairies, des jardins mandalas, une serre et un petit bout de forêt” 9 

Le tout est cultivé sur 4,2 hectares, dont Charles et Perrine Hervé-Gruyer ont pensé chaque millimètre.

Là aussi une attention particulière est accordée au sol, densément cultivé et paillé systématiquement avec des roseaux, des copeaux de bois, etc.

Mais la ferme du Bec Hellouin c’est aussi un lieu de formation et de recherche.

Depuis des années, les journées de présentation de la permaculture proposées à la ferme affichent complet10.

Et en 2011, un partenariat avec l’INRA et AgroParisTech est signé afin de mener une étude sur les pratiques mises en oeuvre au sein de la ferme.

En 2015, les résultats finaux sont rendus publics.

Ils démontrent qu’il est possible de créer une activité durable et décemment rémunérée sur 1000 mètres carrés !

Lors de la 3ème année de l’étude, il a été possible de dégager un chiffre d’affaires annuel de 56 000 euros, ce qui aurait permis de dégager un salaire mensuel net de 2000 euros par mois9.

En France, certains agriculteurs conventionnels ne touchent pas plus de 500 euros par mois…

Butter en gardant l’esprit ouvert !

Philip Forrer est un britannique installé dans l’Aude. Il cultive un espace de 600m2 à 620 mètres d’altitude11.

Son “jardin du Graal”, comme il l’appelle, est d’une extraordinaire productivité.

Y poussent des fruits d’une taille exceptionnelle : des radis et des betteraves de 5 kg, des choux de 40 cm de diamètre et des pommes de terre de plus de 500 g11 !

L’espace est luxuriant et le jardinier peut récolter des denrées toute l’année.

Le secret de cette réussite, vient notamment de la technique de buttes développée par Philip Forrer.

Au fond d’un creux, il pose du broyat de bois : bûches, branches, écorces… sur lequel il ajoute de l’herbe pour boucher les trous, avant de remettre de la terre, de pailler abondamment et de planter ses graines.

Si faire la butte lui prend un peu de temps, le reste est simple : il suffit de semer et de laisser la nature travailler.

Evidemment, la technique de Philip a surpris plus d’un permaculteur car, en général, il n’est pas conseillé de mettre de matière organique sous la terre.

Et pourtant ! Personne ne peut nier l’étonnant succès du jardin du Graal12 !

Extension du domaine de la permaculture !

En France et dans le monde, les exemples de projets réussis en permaculture ne manquent pas.

Et les mêmes histoires se répètent : ceux qui nourrissent leur sol, prennent le temps de “penser” leur ferme ou le jardin en permaculture et qui adaptent leurs techniques et leurs choix de cultures à leur terrain obtiennent d’incroyables rendements.

En Australie, un couple fait pousser plus de 450 kg de fruits et légumes par an dans son jardin d’un peu plus de 100 mètres carrés : 8 mètres sur 1213 !

Dans le même pays, la maison de David Holmgren est située sur un terrain d’un hectare dans une zone pavillonnaire d’une petite ville de l’Etat de Victoria. Avec son épouse, ils ont bâti leur maison et conçu leur jardin de manière à être intégralement autonomes sur le plan alimentaire et énergétique14 !

Mais l’agriculture biologique n’est pas qu’une histoire de micro-fermes 

En Normandie, Thierry Hazard créé une ferme de 6 hectares destinée à la permaculture en 201715.

A Brétigny sur Orge, une grande ferme appelée Sésame prévoit de réunir 13 agriculteurs qui cultiveront 61 hectares. Il s’agit de l’ancienne base aérienne reconvertie en terres agricoles16.

L’agriculture biologique en France représentait en 2018 plus de 7,5% de la surface agricole utile, soit 17% de plus que l’année précédente17.

En 2010, l’agriculture bio ne représente que 3% de la surface agricole utile18.

Le mouvement est enclenché.

Seuls les responsables politiques semblent encore à la traîne.

Il ne fait aucun doute que si tout le monde encourage ce mouvement, plus personne ne pensera que nourrir 9 milliards d’habitants avec des cultures bio et locales est impossible.

Pour aider le monde politique à prendre la mesure de ce qui est en train de se jouer, une pétition citoyenne a été lancée, que je vous propose de signer ici. 

Solidairement,

Julien

P.S. : Vous avez déjà signé cette pétition ? Faites passer le message à votre entourage : transférez tout simplement cet email à vos contacts ou partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Evoquez votre ressenti lors de la signature de la pétition ou cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

 

 

suicide agriculteur

Pour l’autonomie alimentaire en France !

Selon les régions, la France n’a une autonomie alimentaire que de 10 à 25% !

La crise sanitaire nous a d’ailleurs bien montré qu’il faut changer ce modèle.

Signez pour garantir au peuple sa souveraineté alimentaire !

    Je signe la pétition     

 

 

Références

  1. https://www.quechoisir.org/actualite-coronavirus-un-approvisionnement-alimentaire-sur-le-fil-n77991/
  2. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-animaux-d-elevage-francais-gaves-de-soja-ogm-importe_1383879.html
  3. https://www.leporc.com/economie/echanges-commerciaux.html
  4. https://www.dailymotion.com/video/x2p1ufu
  5. https://www.nouvelobs.com/planete/20190206.OBS10520/il-fallait-faire-du-chiffre-le-reste-etait-secondaire-le-drame-des-pesticides.html
  6. Masanobu Fukuoka, la révolution d’un seul brin de paille, éditions Guy Trédaniel, 2005
  7. http://blog.fermedesaintemarthe.com/
  8. https://www.actes-sud.fr/node/36537
  9. Cyril Dion, Demain, Editions Actes Sud, 2015
  10. https://www.fermedubec.com/nos-formations/introduction-a-micro-agriculture-permaculturelle/
  11. https://www.permaculturedesign.fr/butte-philip-forrer-aiguilles-pin/
  12. https://www.youtube.com/watch?v=0jk0h1laL-0
  13. https://www.youtube.com/watch?v=BXzz5b7kVQM
  14. https://www.youtube.com/watch?v=ss1BjW2kSNs
  15. https://actu.fr/normandie/mortagne-au-perche_61293/ouverture-dune-grande-ferme-permaculture-proximite-mortagne-perche-dans-lorne_11826587.html
  16. http://www.leparisien.fr/essonne-91/coeur-d-essonne-avec-sesame-l-agglomeration-cultive-l-agriculture-de-demain-02-01-2019-7979811.php
  17. https://agriculture.gouv.fr/infographie-lagriculture-biologique-en-france
  18. https://www.senat.fr/rap/r19-277/r19-2774.html
S’abonner
Notifier de
10 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
CAZORLA
2 mois il y a

Réagissons avant qu’il ne doit trop tard

Marie-Christine HOR
2 mois il y a

Il est évident qu’aucun pays ne devrait s’appauvrir en exportant toutes ses richesses … chacun devrait être à peu près autonome et n’exporter que les surplus ..mais c’est une utopie … la plupart des pays se moquent totalement des autres !!! leur seule valeur est malheureusement l’argent !!!! si l’argent était supprimé ce serait une bonne chose…le troc suffirait …..et il n’y aura pas 9 milliards d’individus sur terre ! les maladies microbes virus ( et pas seulement le covid bien sûr dont on parle trop pour effrayer les gens et essayer de manipuler d’avantage ) et les guerres, se chargeront d’en éliminer comme toujours un grand nombre ….c’est la LOI de la NATURE … il y a un équilibre en général …..

Jacqes
2 mois il y a

Je signe des deux mains si le mot « France » est remplacé par « Union Européenne ». Et je suis prêt à défendre cette idée dans un débat

Dehouck
2 mois il y a

Souveraineté alimentaire pour chaque peuple !

carré
2 mois il y a

Je suis pour une alimentation BIO, je boycotte l’industriel, pour des raisons sanitaires, de santé, environnementales, et pour la cause animale !

Nanchen Christian, co-pré rés compost citoyen AURA
2 mois il y a

Bonjour,

merci pour votre message et pétition tout à fait pertinents. Il pourrait être utile de mentionner l’étude réalisée il y a quelques années par Olivier de Schutter, rapporteur pour le fonds mondial pour l’alimentation qui a fait la preuve que l’agroécologie pouvait nourrir toute la planète. La crainte du public ou les messages des refractaires à une approche locale et biologique est de prétendre qu’il n’est pas possible de nourrir toute la planète. On reste dans l’idée que les agricultures occidentales sont un modèle et doivent nourrir toute la planète !

Père Bidiar Tama Sébastien, prêtre de l'Archidiocè
2 mois il y a

Je suis avec vous à 100% pour 100%.C’est mon ambition de developper l’agricuture bio au nord de la republique de Guinée Conakry.
Père Bidiar Tama Sébastien, prêtre de l’Archidiocèse de Conakry

Arianne Gauthey
2 mois il y a

Bonjour Julien, bien sûr je suis favorable à l’autonomie alimentaire de chaque pays et de la France en particulier. Mais selon moi il est impossible de transformer notre agriculture sans transformer aussi notre alimentation qui fait de la viande notre priorité. Gardons à l’esprit que pour 1 kilo de viande bovine il faut 16 kilos de fourrage et 15 000 litres d’eau !
Amender nos pratiques agricoles oui mais pas sans changer dans le même temps nos habitudes alimentaires dispendieuses autant que peu saines.
Et nous devons le rappeler jusqu’à obtention de ce changement indispensable pour la survie humaine.
En outre, cela fait des années qu’on demande aux particuliers de faire des économies d’eau, alors que la consommation domestique d’eau représente moins de 10 % de la consommation générale ! L’industrie et l’agriculture industrielle et intensive (l’élevage animal) consomment plus de 90% des ressources en eau de la planète !!!
IL EST URGENT QUE CELA CHANGE !
Merci pour vos liens et vos pétitions, ne lâchons rien, continuons inlassablement à réclamer les changements indispensables à la survie et la santé de la planète et de ses habitants, hommes et bêtes, plantes, arbres et fleurs, TOUTE VIE.

Tisserand P
2 mois il y a

Il est urgent de montrer que l’on peut nourrir la planète avec des modes d’agriculture alliant la nature ;EN -retrouvant les anciennes semences adaptées au sol et plus résistantes-boisant pour abaisser la température et abriter les animaux qui se nourrissent des insectes et chenilles-en associant les cultures qui se défendent mutuellement -en STOPPANT les pesticides,pour retrouver des sols vivants vers de terre..qui aèrent le sol et permettent l’écoulement des eaux de pluie sans raviner.

Tisserand P
2 mois il y a

L’autonomie pour le maximum de productions est une sécurité pour chacun des peuples et éviterait que l’on aille piller le voisin ou faire faire le tour de la planèteà un produit que l’on peut fabriquer ou faire pousser sur place ..La gestion de l’eau est au coeur du problème ,
faire venir des avocats du Pérou en privant ces populations d’eau est un vol et un péril à court terme