Vers la fin du gaspillage alimentaire ?

Chers lecteurs,

Dans le monde, entre 30 et 50% des aliments seraient inutilement gaspillés1.

Iraient à la poubelle :

  • 30% des céréales produites,
  • 50% des tubercules des fruits et légumes,
  • 20% des oléagineux, de la viande et des produits laitiers,
  • et un tiers du poisson1.

Le gaspillage alimentaire représenterait 1,3 milliard de tonnes par an dans le monde1 et 8% des gaz à effet de serre !

Et en France ? 

10 millions de tonnes d’aliments d’une valeur commerciale de 16 milliards d’euros sont jetées tous les ans sur le territoire français2.

Les consommateurs seraient responsables d’un tiers de ce gaspillage. En moyenne, ils jetteraient 29 kg par personne, dont 7 kg de produits encore emballés dont la date de péremption est dépassée2.

C’est une perte de 108 € par individu en moyenne. Cela veut dire que dans les familles, ces pertes peuvent monter à 200 ou 300 € par an.

Mais la plus grande partie du gaspillage vient de la chaîne alimentaire.

Agriculteurs, négociants, transporteurs et distributeurs jettent les deux tiers des aliments non consommés. Ce sont les légumes biscornus, abimés, tombés à terre, mal calibrés, voire tout bêtement les invendus.

Ce gâchis n’est pas qu’alimentaire : c’est le travail des agriculteurs, souvent mal payés, qui n’est pas respecté.

Ce sont également de précieuses ressources naturelles qui sont gaspillées pour rien : de l’eau, des terres arables, de l’énergie fossile.

800 millions d’affamés dans le monde1 

Et évidemment, dans le même temps, des populations entières ne mangent pas à leur faim.

Les raisons de ce drame sont politiques.

Ces populations vivent dans des pays instables ou en guerre où les denrées alimentaires ne circulent pas. Les aides alimentaires ou sanitaires y sont même parfois détournées au profit des groupes de prédateurs. Ce serait cas au Yémen par exemple3 ou encore en Somalie4.

Il n’empêche, en théorie, si l’on utilisait les denrées gaspillées pour nourrir les populations affamées, le problème de la faim dans le monde serait résolu.

Régler les problèmes à l’échelle mondiale n’est pas simple. Mais en France, les choses commencent à évoluer.

Mon supermarché écolo !
STOP au gaspillage absurde

1,4 million de tonnes d’aliments sont gâchées chaque année par les grandes surfaces.

Encourageons le secteur à suivre l’initiative du Super U d’Evron qui transforme ses déchets organiques en compost fertilisant.

    Je signe la pétition   

Changement de cap en France

Sous la pression d’associations, le gouvernement en 2016 a passé une loi pour limiter le gaspillage alimentaire.

Les grandes surfaces de plus de 400 m2 doivent impérativement donner gratuitement aux banques alimentaires ou associations caritatives comme les Restos du cœur leurs invendus non avariés2.

C’est un pas dans la bonne direction.

En 2015, la loi sur la transition énergétique a rendu obligatoire pour les écoles des actions de lutte contre le gaspillage.

De nombreux établissements scolaires ont fait des efforts.

Par exemple, au collège Saint-Pierre de Plérin, dans les Côtes d’Armor, les selfs ont été mieux réfléchis. Les entrées de légumes ne sont plus obligatoires. Elles sont à volonté mais au choix. Ainsi, l’adolescent qui veut du vert peut en prendre, celui qui est allergique ne va pas le jeter.

D’autres écoles misent sur la communication avec les parents ou sur l’éducation des élèves à qui l’on rappelle systématiquement qu’il vaut mieux se servir de petites portions, quitte à en reprendre ensuite.

Et à la maison ?

Dans les familles, il est également possible de réduire le gâchis.

Pour cela, il faut :

  • éduquer les enfants en leur apprenant à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre ;
  • pratiquer le tri et pourquoi par le lombricompostage. La commune de Dunkerque en propose gratuitement à ses habitants2 ;
  • consommer davantage de produits frais et bio, consommés dans la semaine ;
  • apprendre à cuisiner les restes.

Les entreprises s’y mettent aussi

Certaines startups ou jeunes entreprises ont décidé de participer à cet effort collectif. Too good to go6, une entreprise américaine implantée un peu partout dans le monde, vous propose à tout petit prix d’aller chercher dans les boulangeries et restaurants partenaires un panier préparé d’aliments invendus. Vous ne choisissez pas le contenu, mais c’est une manière de s’alimenter à bas prix avec des produits qui peuvent être qualitatifs.

Des efforts ont également été consentis dans la restauration où le gaspillage était assez élevé. Désormais de nombreuses maisons vous proposent des portions personnalisées ou des tailles d’assiette adaptées à votre appétit.

Il y a du mieux partout, mais il y a encore du chemin à faire !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Vous avez déjà signé cette pétition ? Faites passer le message à votre entourage : transférez tout simplement cet email à vos contacts ou partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

 

 Défendez votre propre cause ! 

Un sujet vous tient à cœur et vous souhaitez créer une pétition ?

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Je crée ma pétition

 

Références :

  1. https://storymaps.arcgis.com/stories/64f84021298541688c6dfa422d5e68ff
  2. Marc Dufumier, De la terre à l’assiette, Allary Editions, 2020
  3. https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/yemen/yemen-l-aide-alimentaire-detournee_3126379.html
  4. https://www.lalibre.be/international/50-de-l-aide-alimentaire-detourne-en-somalie-51b8b870e4b0de6db9ba8045
  5. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/gaspillage-alimentaire-lutte-s-organise-cantines-scolaires-1784911.html
  6. https://toogoodtogo.fr/fr
S’abonner
Notifier de
15 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Claudette
1 mois il y a

Une excellente nouvelle que d’éviter le gaspillage. nous recyclons nos déchets végétaux dans le compost d’un ami qui a un jardin car nous habitons un immeuble.

Anne-Marie BARELIER
1 mois il y a

Pour ma part je crois que le gaspillage des ménages et les produits non sélectionnés pour la vente ne sont que la partie émergée de l’iceberg…
À l’évidence il y a une surproduction indécente, là est la plus grosse partie du problème.
Les gens n’achètent que du Nutella et du Coca-Cola, mais TOUT est proposé dans les magasins alimentaires (et il y aurait beaucoup à dire sur les autres secteurs, enfin bref), et ce dans des QUANTITÉS PHÉNOMÉNALES !!!
Un seul petit exemple : mettons… Sur 30 exemplaires du même type de brioche proposés, seulement 1 ou 2 seront vendus. Allez, 3 dans le meilleur des cas.
Il faudrait repenser tout le système : soit nourrir les populations affamées avec tout ce surplus, soit réduire drastiquement les productions.
Je dis ça, je dis rien !!

marc MELZESSARD
1 mois il y a

Vous dites consommer mieux, mais bio…. a voir!
Peut-etre êtes vous de l’affaire des graines de sésame contaminees
Des centaines de produits sont rappelés depuis plus de 4 mois, et la liste s’allonge encore tous les jours, avec des produits BIO
4 mois que des produits transformés mais aussi frais continuent à être fabriqués
Et si vous que consommer bio est mieux, allez donc imptessionnante de ce qui continue à être vendus malgré les rappels, sur le site de la DGCCRF, entre autre, il y en a d’autres

pascal
1 mois il y a

les chiffres que vous annoncez ne ressemblent à rien et sans aucun fondement .
et au total contraire de se que vous pretendez les agriculteurs ne gache pas les 2/3 des marchandise .
comme beaucoup vous inventez l’eau chaude à 500 °C .
marre de toutes ses conneries !
vous vous décrédibilisez tout seul . ainsi que se site .

pierre galloy
1 mois il y a

meme si il est vrai que les GMS ont l’obligation de donner aux associations « alimentaires leurs invendus elles ne le font pas en pure perte beneficiant d’un dedommagement fical à hauteur de 60 % de la valeur des produits retrocedes
les pertes à la production sont sauf erreur de ma part de 30 % en raison de l’exigence des consommateurs
l’education bien sur des enfants commence par celle de leurs parents ….
merci de diffuser sous mon seul prenom

Montorier Micheline
1 mois il y a

J’essaie d’avoir une attitude responsable, c’est vraiment très rare que je jette un produit!
l’idée des paniers d’invendus est une excellente idée
certains le font déjà notamment en pâtisserie!

Bribri
1 mois il y a

Ne pas avoir le choux du contenu du panier implique qu il y aura gaspillage si aliments ne sont pas au goût de la personne !!

Bribri
1 mois il y a

Il n y a pas de gaspillage, très peu d aliments recyclés au compost, ce sont surtout les épluchures

Laulivia
1 mois il y a

Je pense qu’il faudrait reduire la graannndee largeur de galle proposée dans les grandes surfaces… trop de choix pour les consommateurs qui ne s’u retrouvent pas en plus.. et d’énormes invendus à la clé

Stéphane
1 mois il y a

Arrêtez de nous faire chier on fait ce que les on veut si on a envie de gaspiller on gaspille.

Francis
1 mois il y a

Le compostage n’est pas une solution au gaspillage, c’est seulement un recyclage. Il est inévitable qu’à certains moments, il y ait des excédents de légumes et de fruits frais de moindre qualité. L’alimentation animale, en particulier pour des volailles voire des porcs, est une solution beaucoup plus intelligente pour valoriser les invendus.

marchand
1 mois il y a

Onglet

Brice Goldschmid
1 mois il y a

Dans certains selfs scolaires, deux files pour rendre son plateau découragent ceux à qui il reste des déchets, au profit de ceux qui ont tout mangé de ce qu ils avaient pris, plus vite sortis.

philippe
1 mois il y a

le gaspi nous bouffe

Christian Gamard
5 jours il y a

Julien, bonjour.
Je viens de lire le sujet gaspillage alimentaire.
Je sors d’une lecture sur la permaculture qui me rappelle que la majorité des légumes que nous mangeons sont issus de semences industrielles, même en ‘bio’ des clones sortis de cultures aseptisées, vidées de la richesse du patrimoine génétique, vidées du microbiote qui accompagne la plante et enrichit aussi le sol, vidées de leur richesse en oligo-éléments.. Quand elles ne sont pas toxiques ! Alors ce combat part d’une bonne intention mais s’agit-il de nourriture ? Il me semble que rétablir la variété des semences potagères, la liberté de cultiver des légumes qui nourrissent et ne bouzillent pas la santé est une cible bien plus prometteuse que la bouffe des supermarchés. Christian.